La partie Writing de l’IELTS porte sur votre capacité à rédiger en anglais. Ainsi, vous devrez produire un texte de 250 mots minimum à partir d’un sujet donné pour valider l’exercice 2.

Découvrez avec nous dans cet article :

  • Les consignes de l’Exercice 2 de l’IELTS Writing
  • Tous nos conseils pour réussir la rédaction
  • Des exemples gratuits pour préparer l’exercice
  • La préparation à l’IELTS avec GlobalExam

Prenez votre plus belle plume, c’est parti pour l’exercice 2 de l’IELTS Writing :

Testez votre niveau gratuitement

IELTS Writing – Exercice 2 : tout savoir sur les consignes

Pour l’exercice 2 de la section Writing de l’IELTS Academic Training, vous devez rédiger un texte de 250 mots minimum en réponse à un point de vue, un argument ou un problème énoncé.

Le sujet vous sera présenté en quelques lignes (Cf. Exemple) et vous disposerez de 40 minutes pour :

  • Discuter du sujet : récapituler les détails, décrire les problèmes ;
  • Donner et justifier votre avis ;
  • Identifier les solutions possibles.

Pour ce faire, vous devrez utiliser des arguments explicites et des exemples personnels pertinents.

Remarque :

Le Writing – Task 2 a le même format, que vous passiez le test IELTS General Training ou le test IELTS Academic. En revanche, ce ne sont pas les mêmes tests et les candidats ne sont pas les mêmes, le sujet va donc être différent.

Nos conseils pour Organiser votre rédaction lors de l’examen

Conseil : écrivez entre 270 et 290 mots

Pour les tâches du Writing de l’IELTS en général, vous devez rédiger un nombre minimal de mots (par exemple 250) mais aucun maximum n’est fixé. Il est conseillé de viser les 270 à 290 mots pour être suffisamment au-dessus de la limite inférieure sans ajouter trop d’informations non-pertinentes. Concentrez-vous davantage sur la qualité de vos écrits et l’organisation de votre texte, plutôt que sur sa longueur !

Conseil : donnez des exemples issus de votre expérience personnelle

Afin de donner plus de corps à votre rédaction, n’hésitez pas à puiser dans vos propres expériences et connaissances personnelles pour produire des exemples à même d’étoffer votre texte. Il est important de bien justifier votre réponse, de manière structurée, et des exemples concrets apporteront de l’intérêt à la conclusion de votre exercice.

Conseil : ne rédigez pas trop sur votre brouillon !

Vous disposez toujours d’un brouillon durant l’exercice 2. Servez-vous en pour noter vos principales idées et hiérarchiser votre plan, en bref, à gagner en temps et en clarté pour la partie rédaction. Mais attention, ne perdez pas trop de temps à rédiger sur votre brouillon ! L’exercice dure 40 minutes, la rédaction doit se faire au propre directement.

Remarque :

Recopier l’introduction fournie par IELTS (le sujet) ne compte pas dans le total de mots. Il convient donc de la paraphraser pour introduire vos arguments.

Pour obtenir les meilleurs scores IELTS Writing, retrouvez nos stratégies de préparation à cette section, ainsi que nos conseils personnalisés à l’IELTS Writing Academic Training !

S’entraîner en ligne grâce à des exemples gratuits

Vous pouvez consulter ici plusieurs exemples gratuits d’Exercices 2 de l’IELTS Writing issus de notre plateforme de révision GlobalExam.

Ceci vous donne une idée des sujets et des consignes que vous rencontrerez dans l’Exercice 2. Afin de vous aider à comprendre ce que les examinateurs attendront de vous, une correction type à l’exercice vous est donnée dans la partie Suggestion.

Exemple 1 :

You should spend 40 minutes on this task.

Write about the following topic :

In many countries, laws are passed by politicians and elected officials. Individual citizens elect their leaders but they do not vote on laws directly.

Law-making would be improved if more decisions were made by referendum. In other words, important issues should be decided by individual voters and not by politicians.

Do you agree or disagree ? Support your position and provide examples.

Suggestion

I don’t agree that lawmaking would be improved if regular people voted directed on policy issues. Although it might be tempting to think that holding referendums would make things more fair or democratic, in reality it probably would not improve decision making and might actually make it worse.

There are several major disadvantages to holding referendums. First of all, they are complicated and expensive to organize. National elections cost millions of dollars, take months of planning, and require an entire dedicated office or organization to run. Organizing nation-wide votes on a regular basis would be costly in both energy and tax dollars. Even once a referendum is organized, millions of people need to take time off work or other responsibilities to get to a polling station, wait in line, and cast their vote. Voter turnout is already relatively low, and holding regular votes would probably mean fewer and fewer participants in these complicated and expensive endeavors.

A second major advantage is lack of knowledge and expertise. Every day people may have good intentions when they cast a vote, but it’s difficult for the average person to know enough about such a broad range of issues that they can consistently make informed choices about complex and contentious topics. Politicians, on the other time, have access to countless resources that will inform their decision-making (e.g. consultation with lawyers and researchers, commissioning studies, coordinating with important businesses and organizing). Ordinary people simply do not have the time or resources to be as well-informed as their elected lawmakers.

Finally, holding referendums is simply redundant in the context of an already-established and relatively functional democratic election system. For example, is a particular person feels a certain way about immigration, tax rates, and environmental policies, he can vote for a politician who shares these views and who will vote on legislation that reflects those views. There is no need to create extra processes when one is already in place.

Taken altogether, it’s much better to focus on electing politicians in a fair, democratic process than it is to try to hold referendums so that the general public can decide on public policy issues.

Exemple 2 :

You should spend 40 minutes on this task.

Write about the following topic :

It is illegal to bring chewing gum to Singapore.

Spitting it out can earn you a fine and stores are not allowed to sell it.

Chewing gum poses a serious public health risk.

To what extent do you agree or disagree with this statement?

Suggestion

I do often find myself chewing gum. I enjoy using it while I study. I don’t particularly enjoy the taste so much as the rhythmic motion of chewing. I could definitely live without chewing gum as I don’t find it to be an important part of my life.

As mentioned above, I do enjoy gum but it’s not a major part of my life. If I went to Singapore, not being able to purchase or chew gum would not bother me. I can understand that chewing gum may have caused problems in Singapore that I am not aware of.

I’ve never personally heard that chewing gum posed a serious public health risk. That language sounds somewhat harsh. I can understand that chewing gum could cause personal harm to an individual or even a group of people in some very strange circumstance. I do not see how chewing gum as I understand it, from my perspective, based on where I live, could pose a public health issue.

When I think of more typical public health risks I might think of environmental pollution, dangerous chemicals in food or other diseases and pathogens. Gum does not seem like a public health risk.

Exemple 3 :

You should spend about 40 minutes on this task.

Write about the following topic:

In recent years we have seen a rise in the popularity of the extreme right political parties in many influential countries around the world.

The extreme right political parties have some interesting ideas for improving everyday life.

To what extent do you agree or disagree?

Give reasons for your answer and include any relevant examples from your knowledge or experience.

Write at least 250 words.

Conseil : n’oubliez pas d’apporter une conclusion à votre texte.

Se préparer à son examen de langue avec GlobalExam

La préparation aux grands tests de langue tels que le TOEIC, le TOEFL et l’IELTS passe avant tout par un travail de révision actif en amont. Justement, GlobalExam est une plateforme e-learning dédiée aux tests linguistiques dont l’objectif est simple : votre réussite à tout examen de langue !

Pour ce faire, GlobalExam a élaboré une méthode de travail qui a fait ses preuves, basée sur l’entraînement actif en vue du test.

Ainsi, le mode entraînement, dont les exemples d’exercices de cet articles sont issus, vous permet d’explorer dans le détail le contenu de chaque partie composant votre test linguistique : des centaines d’exercices sont disponibles sur GlobalExam, et tous sont corrigés en détail.

Grâce aux outils proposés en ligne par GlobalExam, vous pouvez personnaliser vos révisions et avancer à votre rythme. Des fiches de révision vous aident à compléter un point précis, des statistiques suivent votre courbe de progression, tandis qu’un mode planning de révisions sert à vous accompagner tout au long de votre préparation.

Enfin, le mode test de GlobalExam vous offre la possibilité de simuler les conditions réelles qui seront celles du jour de l’examen : un test blanc chronométré, avec consignes et exercices comme si vous y étiez.

Cette dernière étape vous apporte la confirmation que votre préparation est terminée, et que vous êtes paré pour le jour j grâce à GlobalExam !

En savoir plus sur l’exercice 1 de la section Writing de l’IELTS.

Testez votre niveau gratuitement