Partir étudier à l’étranger ?

Chaque année, 30 000 français partent étudier à l’étranger. Pourquoi pas vous ?

Pourquoi partir étudier à l’étranger ?

Dans un artice précédent au sujet de l’expatriation des jeunes, nous relevions qu’1 jeune français sur 3 souhaitait s’expatrier et 1 sur 8 vivre durablement à l’étranger. Les enquêtes d’opinion et l’étude annuelle de 2016 sur l’insertion de jeunes diplômés de la Conférences des Grandes Ecoles nous ont permis de souligner les principales raisons du désir d’ailleurs des étudiants français :

  • Les cursus s’internationalisent et les étudiants sont amenés (volontairement ou pas) à étudier ou faire des stages à l’international ;
  • Partir, c’est refuser l’idée partagée par de plus en plus de jeunes de vivre moins bien que ces parents dans une société française bloquée…
  • … un sentiment qui semble légitime puisque les jeunes gagnent beaucoup mieux leur vie hors de nos frontières selon les chiffres de la Conférences des Grandes Ecoles.

Au-delà de ces raisons « conjoncturelles » (si l’on est, comme l’équipe de GlobalExam, optimiste sur l’avenir de notre pays !), partir à l’étranger, c’est l’occasion d’apprendre une langue en immersion et de mettre en pratique, souvent dans la douleur, les milliers d’heures d’enseignement de langue étrangère subie pendant sa scolarité ! Utile !

Partir à l’étranger, c’est enfin découvrir une culture nouvelle, des mentalités nouvelles, des méthodes d’enseignement et de travail nouvelles. Pour un futur Global Player, cette découverte est une nécessité.

Comment partir à l’étranger ?

Différents programmes ont été mis en place pour faciliter la mobilité des étudiants à travers le monde. Nous en avons sélectionné trois, qui mènent en l’Europe et en Amérique du Nord, des destinations prisées par les étudiants … et leurs futurs employeurs !

  • Erasmus

Erasmus est un programme d’échange entre étudiants européens. Depuis sa création en 1987, plus de 3 millions d’étudiants ont pu en bénéficier, dont 250 000 pour l’année universitaire 2014-2015. Victime de son succès, la demande de séjours universitaires et de stages Erasmus en entreprise augmente plus vite que les offres disponibles (respectivement 7,5% et 18% pour l’année 2014-2015).

Chaque année, 26 000 étudiants français partent en Erasmus. L’Union Européenne soutient activement le projet, en l’ayant doté d’un budget de 14,5 milliards d’euros pour la période 2014-2020 avec un objectif clair : permettre à 4 millions de jeunes d’étudier, enseigner ou travailler (bénévolement) à l’étranger. C’est le moment d’en profiter !

  • Le Bureau de Coopérative Interuniversitaire (BCI)

Le BCI, anciennement CREPUQ est un organisme privé regroupant les recteurs de différentes universités québécoises. Il est lié aux universités françaises par un accord qui permet aux étudiants français d’effectuer 1 ou 2 semestres en université au Québec, sous réserve d’être inscrit dans une université française et d’y avoir étudié pendant un an minimum. À noter que, dans le cas où vous souhaiteriez postuler dans une université anglophone, vous devrez attester d’un niveau d’anglais justifié par un score minimum de 80 / 120 au TOEFL !

Pour bénéficier du programme, renseignez-vous auprès de votre université.

  • MICEFA

Le MICEFA est un programme qui fait le lien entre des universités françaises et des universités nord-américaines. Il s’adresse aux étudiants de niveau L2 à doctorat.

Il permet d’effectuer un semestre ou une année universitaire dans une des universités partenaires, en prenant soi-même en charge les frais de scolarité.

Pour en bénéficier, il faut être inscrit dans une des universités partenaires, avoir validé une première année de licence et avoir de bons résultats. Une note de 80 / 120 minimum au TOEFL est également nécessaire.

Retrouvez ici la liste des établissements français du MICEFA et la liste des établissements américains du MICEFA sur le site du MICEFA.

Quelles aides existent ?

De nombreux outils sont mis en place pour accompagner les étudiants à l’étranger. Comme il n’est pas possible de tous les référencer ici, nous en avons choisi quelques uns destinés aux étudiants souhaitant partir en Europe, aux États-Unis ou au Canada.

  • Les allocations Erasmus

Les allocations Erasmus, délivrées par le biais du programme Erasmus, sont un soutient financier destiné à compenser la différence du coût de la vie dans le pays d’accueil. Elles sont en moyenne de 50 euros par mois, auxquels sont rajoutés des aides ministérielles pour les étudiants issus des universités, IUFM, INT, INSA, etc.

  • Les bourses pour étudier aux États-Unis

Il en existe 2 sortes : Les bourses de la Commission franco-américaine, principalement attribuée aux étudiants de niveau Graduate (licence), et les bourses de l’Éducation Nationale, à destination des étudiants diplômés d’un Master dans le domaine de la Recherche et souhaitant effectuer un stage aux États-Unis.

Pour plus d’informations, contactez directement la Commission.

  • Les bourses pour partir au Canada

Le gouvernement canadien alloue chaque année une vingtaine de bourses à des français de moins de 35 ans titulaires d’un diplôme d’une école ou d’une licence et admis dans un doctorat canadien. Elle couvre le billet d’avion aller-retour, les frais d’inscription, les frais d’installation et donnent droit à une allocation mensuelle de 1200 dollars canadiens.

En savoir plus sur les bourses canadiennes.

A présent, vous savez pourquoi, comment et avec quelles aides partir !

Il ne vous reste plus qu’à valider votre niveau de langue, et notamment réussir le TOEFL pour pouvoir aller étudier en Amérique du Nord.

GlobalExam vous accompagne dans la préparation de votre examen de langue, précieux sésame pour saisir l’opportunité d’une expérience à l’international !