L’anglais pour le métier d’hôtesse ?

Élément de communication, la langue est l’outil de travail de base de l’hôte ou de l’hôtesse. Il/elle doit nécessairement avoir l’art et la manière de communiquer, c’est à dire avoir une excellente élocution, mais il/elle doit aussi être capable d’appliquer cet art et cette manière de communiquer dans les langues étrangères dont la plus appréciée est l’anglais.

Devenant, l’un des critères de recrutement des employeurs, la connaissance en langues étrangères s’impose comme étant indispensable aux hôtes et hôtesses. En entreprise ou en salon de foire, les hôtes et les hôtesses doivent pouvoir s’exprimer en au moins une langue étrangère.

Maîtriser une langue étrangère

Cet envoûtement pour les langues étrangères tire son origine de la progression du monde qui tend vers une politique et une commercialisation extérieures, interdépendantes.

Une meilleure connaissance des langues facilite les relations commerciales. Une entreprise doit pouvoir satisfaire ces clients ou ces investisseurs, et bien évidemment les postes liés à l’accueil est un point essentiel, car elle représente le miroir de la société, elle donne une première impression de l’entreprise. Il est important que les clients ou les visiteurs soient accueillis, reçus et orientés dans une langue familière. C’est pour cette raison que les recruteurs demandent la connaissance en langues étrangères aux hôtes et hôtesses afin de pouvoir satisfaire au mieux les clients ou les visiteurs de leurs entreprises, un accueil dans une langue compréhensible est toujours meilleur et facilite les affaires.

Favoriser l’expression orale

Si pour certains hôtes et hôtesses, l’accueil en langue étrangère est plus demandé à l’orale qu’à l’écrit car ils/elles ont des postes ou l’écrit n’est pas essentiel, c’est le cas des hôtesses mannequins, des stewards et des hôtesses de l’air, des hôtes et des hôtesses d’accueil en événementiel, en restauration, en hôtellerie, en aéroportuaire, ferroviaire et standardiste.

Favoriser l’expression écrite

Pour d’autres, l’emploi des langues étrangères est aussi bien important à l’orale qu’à l’écrit, c’est le cas l’accueil en entreprise, où les hôtes ou les hôtesses possèdent des tâches administratives basiques dont la rédaction de courriers et d’e-mails. Ce qui impose la maîtrise de la langue étrangère à l’orale et à l’écrit, car si les fautes liées à une mauvaise maîtrise de la langue orale peuvent être acceptées ce n’est pas le cas à l’écrit, pourtant l’écrit est nécessaire en entreprise car elle immobilise l’information et formalise l’orale. Un courrier ou un e-mail mal écrit, incohérent, ou encore ayant des fautes structurelles ou d’orthographe, pourrait faire preuve d’un manque de professionnalisme de l’entreprise. Ce qui aurait comme conséquence de faire stagner l’entreprise ou de la faire faillir. Or toute entreprise tend à s’agrandir et élargir son champ de commerce. Un hôte ou une hôtesse peu compétent(e) en langue, aura moins de chance d’être recruté.

Augmenter son employabilité

Malgré que certains hôtes et hôtesses admettent n’utiliser les langues étrangères qu’une fois par mois, certains l’utilisent quotidiennement. En outre les perspectives de carrière sont très peu envisageables pour ceux qui ne parlent que le français et la rémunération est moins avantageuse. L’évolution de carrière en accueil est toujours liée au contact humain, et toutes les grandes entreprises admettent que sur les postes dits “stratégiques”, seules les personnes compétentes en langues étrangères sont admises. On peut citer par ordre décroissant les langues plus demandées :

·         L’anglais

·         L’allemand

·         L’espagnol

·         Le chinois

·         Le portugais.

Le français ne constituant qu’une langue utilisée en interne.

Ainsi pour accroître ses chances de recrutement et son évolution de carrière, l’hôte ou l’hôtesse doit se certifier en langue étrangère.

Commencer gratuitement