Si progresser à l’écrit est plus accessible pour les étudiants en autodidacte, en revanche, travailler l’oral s’avère moins aisé.

Comment faire et quels sont les outils ou les méthodes d’apprentissage de l’anglais qui fonctionnent vraiment pour parvenir à se débrouiller à l’oral ?

Voici quelques conseils, qui, nous l’espérons, vous aideront dans cette voie.

Commencer gratuitement

Les 5 conseils de GlobalExam pour progresser à l’oral

1. Écouter

Un conseil auquel on ne pense pas forcément, c’est celui d’écouter, avant même d’essayer de parler. Il est bien connu que les enfants, qui ne possèdent pas le don de la parole à la naissance, sont comme de véritables éponges et absorbent tous les sons qu’ils entendent. Globalement, ils apprennent à parler en imitant leur entourage.

Bien sûr le cerveau adulte a perdu de sa capacité absorbante, toutefois se placer dans une attitude emphatique où finalement on apprend en écoutant et en reprenant l’intonation, les mots, les expressions est extrêmement efficace.

Anglais en ligne

Il s’agit d’un acte d’humilité –qualité qu’il faut posséder pour apprendre une langue-pendant lequel on s’efface temporairement pour entrer en communion avec le monde culturel de la langue que l’on apprend.

Maintenant, soyez bien attentifs aux conseils suivants qui vous indiqueront où écouter de l’anglais.

2. Sélectionner ses sources orales de façon judicieuse

Écouter de l’anglais est simple, très simple, trop simple même. Tellement simple qu’on ne prend même pas la peine de le faire.

Voici quelques pistes à exploiter pour que votre compréhension de l’anglais soit la plus profitable possible.

  • Tout d’abord, il est clair que la motivation est beaucoup plus importante lorsqu’on choisit des sujets pour lesquels on a un minimum d’intérêt. Évidemment n’importe quel sujet peut faire l’affaire, et, oui, la culture générale est importante, etc. Toutefois, il est tout de même démontré que croiser un objectif linguistique avec un objectif personnel concret – et cela peut aller d’un hobby ou d’une passion- à un objectif professionnel très précis, a beaucoup plus de chances d’être efficace qu’un apprentissage vaguement encyclopédique.
  •  Outre YouTube, un support comme TED Talks offrent d’excellentes bases de travail : sous-titres, traductions, sujets souvent inspirants. Habituez-vous à en visionner régulièrement ! Vous trouverez par exemple de nombreux sujets qui parlent de Business. De même certains podcasts peuvent s’avérer intéressants pour vous, comme Freakonomics Radio. Exploitez aussi l’engouement récent pour les MOOC, ces cours en ligne qui vous permettent d’apprendre un maximum de choses depuis chez vous. Choisissez-en un, et ils sont nombreux, proposé par une université anglophone.
  • Savez-vous qu’il existe des sites et des applications qui permettent d’améliorer sa prononciation ? Utilisez-les !

3. Comment exploiter ce que vous écoutez ?

Deux aspects de l’apprentissage se conjuguent lorsque nous apprenons une langue : l’apprentissage passif et l’apprentissage actif.

L’apprentissage passif, c’est celui qui consiste à écouter quelque chose et à absorber immédiatement ou facilement ce que ce quelque chose a à nous apprendre. Un peu comme pour l’enfant qui reproduit ce qu’il entend. À l’âge adulte, ce mécanisme existe toujours, mais il est beaucoup plus lent, il fonctionne plus particulièrement chez les forts en langues et les personnes extrêmement emphatiques, c’est-à-dire pour un nombre pas très important de personnes.

Certaines vidéos sur YouTube ou sur des sites institutionnels et universitaires anglais/américains proposent des exploitations pédagogiques toutes prêtes. Mais la plupart des documents que vous trouverez sur le net n’ont pas une portée pédagogique organisée. Dans ce cas, c’est à vous de prendre un stylo et de noter. Renoncez à l’idée, si vous débutant ou de niveau intermédiaire, de tout noter. Notez un certain nombre de choses, étudiez-les. C’est un apprentissage actif. Pour cette démarche, prenez des documents légèrement supérieurs à votre niveau, des documents courts si possibles.

En revanche, pour un apprentissage plus passif et qui, souvent reposera sur de la reconnaissance de connaissances déjà étudiées – ce qui accélèrera leur acquisition, prenez des documents légèrement inférieurs à votre niveau et plus long.

4. Aller à la rencontre des anglophones de votre entourage

Rien de tel que de rencontrer des anglophones pour parler anglais et améliorer son oral.

Associations, meet-up, pièces de théâtre en anglais, scrutez minutieusement les manifestations qui ont lieu dans votre ville ou dans votre région et allez-y. Créez-vous un réseau anglophone. Vos clients ou partenaires sont aussi des personnes avec qui vous êtes susceptibles de vous améliorer, c’est important de mettre très vite en application avec eux ce que vous apprenez. Mais ne les prenez pas comme cobayes, ne mélangez pas apprentissage de l’anglais et business et ayez des contacts anglophones en dehors de votre travail.

Des sites en ligne d’échanges linguistiques vous permettent aussi de faire des rencontres qui reposent sur le souhait d’échanger en langues étrangères. Cela vous permettra d’améliorer votre anglais pour parler sans accent !

5. Savez-vous que GlobalExam propose un module en ligne pour améliorer son anglais ?

Améliorez votre anglais professionnel à l’écrit et à l’oral grâce au Business English. Découvrez plus de 500 situations de la vie professionnelle, avec des coaching vidéos et des exercices corrigés.

Choisissez un parcours carrière, un parcours compétences ou un parcours par niveau, et progressez rapidement en anglais des affaires ! Apprenez aussi du vocabulaire anglais avec nos fiches !

Commencer gratuitement